Skip to content Skip to footer
Consultation Gratuite

OBTENEZ UNE CONSULTATION

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons sous peu.

    Où avez-vous vu/entendu parler de nous ?

    “La vocation médicale”
    Prof. Dr. Ethem Güneren
    Head Of Plastic Surgery

    Le professeur Ethem Güneren est membre du Conseil européen de chirurgiens plasticiens et reconstructeurs (EBOPRAS), depuis 2003, de l’Association américaine de chirurgie plastique depuis 2017, et l’un des spécialistes les plus réputés en Turquie, auteur de 6 livres, dont un recueil de poésie et plus de 130 articles académiques, dont 100 en anglais. Le professeur Ethem a terminé sa spécialisation en chirurgie plastique et sa résidence médicale en 1998 après avoir obtenu son diplôme du département de médecine de l’Université d’Istanbul en 1987. Il est devenu professeur associé en 2004 et l’un des premiers chirurgiens turcs à passer l’examen EBOPRAS hautement sélectif en 2003.

    Le Dr Ethem est un conférencier régulier lors de colloques médicales organisées partout dans le monde, aux États-Unis, en Europe, à Dubaï et en Turquie. Avec plus de 25 ans d’expérience, il est accueilli comme une figure d’autorité dans les dernières découvertes de chirurgie plastique et reconstructive.

    Le professeur Güneren travaille en tant que chef de chirurgie plastique chez Care in Turkey en tant que
    chirurgien plasticien praticien.

    La Vocation Médicale
    Entretien avec le Prof. Dr. Ethem Güneren
    Bonjour docteur et merci beaucoup de m'avoir reçu. Pourriez-vous commencer par nous donner un bref aperçu de vos réalisations ?

    Bonjour, mon plaisir. Bien sûr. Au cours de mes 25 années d’expérience en tant que chirurgien plastique et reconstructeur, j’ai opéré un total d’environ 2000 patients. Je suis allé 34 fois en Afrique en tant que chirurgien plasticien bénévole, dans des zones rurales
    dans des villes impossibles, dans des pays impossibles pour soigner gratuitement des patients impossibles : gratuit, bénévole, sans but lucratif. 6 fois en Cisjordanie, 5 fois à Gaza, 5 fois au Yémen, 7 fois au Soudan. J’ai été envoyé par le Ministère de la Santé ou par une Association de Chirurgie Plastique, la Doctors Worldwide Association. Voilà la partie de chirurgie reconstructrice de ma vie. Au cours des 13 dernières années, j’ai vécu à Istanbul, où j’ai travaillé en tant que professeur titulaire et praticien de chirurgie plastique.

    Incroyable. Pourquoi avez-vous décidé de devenir chirurgien plasticien ?

    J’ai toujours été une personne curieuse, avide d’apprendre et particulièrement intéressée par la médecine. J’ai suivi cette voie et après avoir terminé mes études, j’ai eu une hésitation de 5 ans, il y a de nombreuses années. J’ai terminé mon service militaire et le côté reconstructeur m’a appelé. C’est là que j’ai commencé ma spécialisation et mes voyages en Afrique.

    Quelle est la meilleure et la pire expérience que vous ayez eue en tant que chirurgien ?

    Ma meilleure expérience a été en Afrique, au Soudan. Au 3ème ou 4ème jour du camp médical, le directeur de l’hôpital est venu me voir et m’a raconté cette histoire. Le père d’un des enfants opérés pleurait. Le directeur lui a demandé : « Pourquoi pleurez-vous ? nous vous amenons des chirurgiens de Turquie, votre bébé a été opéré hier gratuitement, pourquoi pleurez-vous ? » Le père a répondu : « Si je ne pleure pas, qui devrait pleurer ? Mon fils avait 4 ans, il a été opéré par le Dr Ethem hier, et j’ai entendu sa voix pour la première fois de ma vie. Il pleurait de joie. Ma pire expérience a été un garçon de 4 ans, victime d’un incendie. Il est mort dans mes bras. À Samsung, il y a 20 ans. C’était un cas très grave. J’ai essayé de le réanimer, de le défibriller, j’ai essayé de lui greffer la peau, mais 25 jours après l’incident, il est mort sur mes bras. La brûlure est une blessure très dévastatrice, vous savez… surtout chez les enfants.

    Je peux imaginer… Je suppose que vous avez une famille. Comment trouvez-vous l'équilibre vie-travail ?

    Pendant ma période de résidence, c’était catastrophique. Pendant ma période de professeur adjoint, c’était aussi le cas, mais lorsque je suis devenu professeur agrégé et
    professeur titulaire, au cours des 20 dernières années de ma pratique, j’ai transféré ma responsabilité et j’ai enseigné et pratiqué à 50-50. Avant cela, c’était très mauvais, très déroutant. Quarts de nuit, opérations longues, devoirs, reconstructions, c’est le destin du chirurgien

    Quelle est la chose la plus gratifiante que vous ayez entendue d'un patient ?

    Le Dr Ethem prend une profonde inspiration et garde un long silence avant de répondre. Certains patients m’ont remercié de leur avoir sauvé la vie. Gangrène, diabète ou les sauver d’une amputation du genou bas. Ou des patients cancéreux. Bien sûr, vous obtenez des remerciements très gratifiants avec la chirurgie plastique, mais pas de ce genre. Les remerciements les plus gratifiantes viennent des opérations de vie ou mort

    Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ? Et le moins ?

    Ce que j’aime le plus, c’est le contact avec le patient, littéralement n’importe qui peut être un patient, à n’importe quel âge. Le patient le plus âgé que j’ai traité était un homme de 104 ans atteint d’un carcinome de la lèvre inférieure. Le plus jeune patient avait quelques mois. C’était un bébé avec une malformation en clef de voûte palatine. S’ils ne sont pas traités, ces enfants développent des problèmes d’élocution et refusent de parler pour éviter le rire des autres enfants. La chirurgie est nécessaire pour qu’ils atteignent leur plein potentiel dans la vie. Donc, ce que j’aime dans mon métier, c’est qu’il n’y a pas de limite d’âge. Aucune différence entre les sexes. La chirurgie plastique est un domaine technique. Il y a aussi un côté artistique, et elle cible toutes les parties du corps. Être un chirurgien plasticien, d’une certaine manière, c’est comme être un demi-dieu, parce que vous pouvez manipuler le corps. C’est peut-être un complexe de supériorité. Mais ça me rend heureux. Ce que j’aime le moins… il y a un sujet qui est compliqué pour moi : la transition de genre. Il est très difficile de savoir s’il s’agit d’une décision finale. Les changements sont irréversibles.
    Je préfère éviter ça. Ai-je tort? Je ne sais pas. Mais c’est une énorme responsabilité.Cela peut avoir de nombreuses conséquences psychologiques. Je ne veux pas entrer dans de telles questions.

    Pendant que vous opérez, n'avez-vous pas peur de faire une mauvaise incision, une erreur ?

    Vous plaisantez ? Ce n’est pas un don, c’est un entraînement. Je me forme depuis 1992, j’ai toujours pratiqué. Ce n’est pas magique. C’est scientifique. C’est une bonne question, merci pour cette question, Antonio. Par exemple, au début, on s’entraîne en faisant des tests avec du plâtre, des animaux morts, des cadavres, il y a très peu de différence entre cela et une vraie personne. Selon moi, ce n’est pas de la magie, nous ne sommes pas des artistes, nous ne sommes pas des gens spéciaux, nous nous entraînons pendant de nombreuses années,
    jusqu’à ce que cela devienne une action normale.

    Mais regardez les musiciens. Les musiciens sont des personnes qui, dans le cadre de leur travail, souvent plusieurs fois par semaine, se présentent devant un public et jouent de la musique. C'est leur boulot. Certains d'entre eux le font depuis 30 ans. Et pourtant ils ont peur. Ils ont peur car il y a une grande responsabilité.

    Ah, vous posez des questions sur la difficulté et la responsabilité. C’est OK. Un peu de stress est une bonne motivation pour l’action. Tout le monde doit avoir un peu de stress pour réussir ce qu’il fait. Sans stress, nous sommes trop détendus. Nous devenons trop laxistes. Vous n’avez pas besoin d’anxiété, vous avez besoin de motivation. Je préfère appeler cela une motivation. Concentration et motivation.

    Videoyu oynat
    Videoyu oynat
    Videoyu oynat
    “La Vocation Médicale”
    Entretien avec le Prof. Dr. Ethem Güneren
    Bonjour docteur et merci beaucoup de m'avoir reçu. Pourriez-vous commencer par nous donner un bref aperçu de vos réalisations ?

    Bonjour, mon plaisir. Bien sûr. Au cours de mes 25 années d’expérience en tant que chirurgien plastique et reconstructeur, j’ai opéré un total d’environ 2000 patients. Je suis allé 34 fois en Afrique en tant que chirurgien plasticien bénévole, dans des zones rurales dans des villes impossibles, dans des pays impossibles pour soigner gratuitement des patients impossibles : gratuit, bénévole, sans but lucratif. 6 fois en Cisjordanie, 5 fois à Gaza, 5 fois au Yémen, 7 fois au Soudan. J’ai été envoyé par le Ministère de la Santé ou par une Association de Chirurgie Plastique, la Doctors Worldwide Association. Voilà la partie de chirurgie reconstructrice de ma vie. Au cours des 13 dernières années, j’ai vécu à Istanbul, où j’ai travaillé en tant que professeur titulaire et praticien de chirurgie plastique.

    Incroyable. Pourquoi avez-vous décidé de devenir chirurgien plasticien ?

    J’ai toujours été une personne curieuse, avide d’apprendre et particulièrement intéressée par la médecine. J’ai suivi cette voie et après avoir terminé mes études, j’ai eu une hésitation de 5 ans, il y a de nombreuses années. J’ai terminé mon service militaire et le côté reconstructeur m’a appelé. C’est là que j’ai commencé ma spécialisation et mes voyages en Afrique.

    Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ? Et le moins ?

    Ce que j’aime le plus, c’est le contact avec le patient, littéralement n’importe qui peut être un patient, à n’importe quel âge. Le patient le plus âgé que j’ai traité était un homme de 104 ans atteint d’un carcinome de la lèvre inférieure. Le plus jeune patient avait quelques mois. C’était un bébé avec une malformation en clef de voûte palatine. S’ils ne sont pas traités, ces enfants développent des problèmes d’élocution et refusent de parler pour éviter
    le rire des autres enfants. La chirurgie est nécessaire pour qu’ils atteignent leur plein potentiel dans la vie.

    Donc, ce que j’aime dans mon métier, c’est qu’il n’y a pas de limite d’âge. Aucune différence entre les sexes. La chirurgie plastique est un domaine technique. Il y a aussi un côté artistique, et elle cible toutes les parties du corps. Être un chirurgien plasticien, d’une certaine manière, c’est comme être un demi-dieu, parce que vous pouvez manipuler le corps. C’est peut-être un complexe de supériorité. Mais ça me rend heureux.

    Ce que j’aime le moins… il y a un sujet qui est compliqué pour moi : la transition de genre. Il est très difficile de savoir s’il s’agit d’une décision finale. Les changements sont irréversibles. Je préfère éviter ça. Ai-je tort? Je ne sais pas. Mais c’est une énorme responsabilité. Cela peut avoir de nombreuses conséquences psychologiques. Je ne veux pas entrer dans de telles questions.

    Quelle est la meilleure et la pire expérience que vous ayez eue en tant que chirurgien ?

    Ma meilleure expérience a été en Afrique, au Soudan. Au 3ème ou 4ème jour du camp médical, le directeur de l’hôpital est venu me voir et m’a raconté cette histoire. Le père d’un des enfants opérés pleurait. Le directeur lui a demandé : « Pourquoi pleurez-vous ? nous vous amenons des chirurgiens de Turquie, votre bébé a été opéré hier gratuitement, pourquoi pleurez-vous ? » Le père a répondu : « Si je ne pleure pas, qui devrait pleurer ?

    Mon fils avait 4 ans, il a été opéré par le Dr Ethem hier, et j’ai entendu sa voix pour la première fois de ma vie. Il pleurait de joie. Ma pire expérience a été un garçon de 4 ans, victime d’un incendie. Il est mort dans mes bras. À Samsung, il y a 20 ans. C’était un cas très grave. J’ai essayé de le réanimer, de le défibriller, j’ai essayé de lui greffer la peau, mais 25 jours après l’incident, il est mort sur mes bras. La brûlure est une blessure très dévastatrice, vous savez… surtout chez les enfants.

    Je peux imaginer… Je suppose que vous avez une famille. Comment trouvez-vous l'équilibre vie-travail ?

    Pendant ma période de résidence, c’était catastrophique. Pendant ma période de professeur adjoint, c’était aussi le cas, mais lorsque je suis devenu professeur agrégé et professeur titulaire, au cours des 20 dernières années de ma pratique, j’ai transféré ma responsabilité et j’ai enseigné et pratiqué à 50-50. Avant cela, c’était très mauvais, très déroutant. Quarts de nuit, opérations longues, devoirs, reconstructions, c’est le destin du chirurgien.

    Pendant que vous opérez, n'avez-vous pas peur de faire une mauvaise incision, une erreur ?

    Vous plaisantez ? Ce n’est pas un don, c’est un entraînement. Je me forme depuis 1992, j’ai toujours pratiqué. Ce n’est pas magique. C’est scientifique. C’est une bonne question, merci pour cette question, Antonio. Par exemple, au début, on s’entraîne en faisant des tests avec du plâtre, des animaux morts, des cadavres, il y a très peu de différence entre cela et une vraie personne. Selon moi, ce n’est pas de la magie, nous ne sommes pas des artistes, nous ne sommes pas des gens spéciaux, nous nous entraînons pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que cela devienne une action normale.

    Mais regardez les musiciens. Les musiciens sont des personnes qui, dans le cadre de leur travail, souvent plusieurs fois par semaine, se présentent devant un public et jouent de la musique. C'est leur boulot. Certains d'entre eux le font depuis 30 ans. Et pourtant ils ont peur. Ils ont peur car il y a une grande responsabilité.

    Ah, vous posez des questions sur la difficulté et la responsabilité. C’est OK. Un peu de stress est une bonne motivation pour l’action. Tout le monde doit avoir un peu de stress pour réussir ce qu’il fait. Sans stress, nous sommes trop détendus. Nous devenons trop laxistes. Vous n’avez pas besoin d’anxiété, vous avez besoin de motivation. Je préfère appeler cela une motivation. Concentration et motivation.

    Quelle est la chose la plus gratifiante que vous ayez entendue d'un patient ?

    Le Dr Ethem prend une profonde inspiration et garde un long silence avant de répondre.

    Certains patients m’ont remercié de leur avoir sauvé la vie. Gangrène, diabète ou les sauver d’une amputation du genou bas. Ou des patients cancéreux. Bien sûr, vous obtenez des remerciements très gratifiants avec la chirurgie plastique, mais pas de ce genre. Les remerciements les plus gratifiantes viennent des opérations de vie ou mort.

    Videoyu oynat
    Videoyu oynat
    Videoyu oynat