Skip to content Skip to footer
Consultation Gratuite

OBTENEZ UNE CONSULTATION

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons sous peu.

    Où avez-vous vu/entendu parler de nous ?

    “Pendant mes années de formation, j'ai soigné des blessures par balle.”
    Prof. Dr. Cemalettin Camcı
    Chef de Chirurgie Bariatrique chez Care in Turkey

    Le professeur Dr Cemalettin Camci est un chirurgien général turc spécialisé en chirurgie bariatrique avec un record de prix internationaaux, y compris des bourses américaines et norvégiennes, des pratiques chirurgicales, des résidences de recherche, des publications médicales et plus de 2 000 patients traités.

    Avec plus de 30 ans d’expérience, le professeur Dr Camci a travaillé comme médecin au Rikshospitalet-Oslo, le seul centre de transplantation de Norvège, et au Nazih Zuhdi Transplantation Institute dans l’Oklahoma, aux États-Unis.

    En 2012, le professeur Dr. Camci a été nommé vice-doyen et chef du département des sciences chirurgicales, chef du département de chirurgie générale et coordinateur des opérations à l’Université Bilim d’Istanbul.

    “Entretien avec le Dr. Cemalettin Camci .”
    Bonjour docteur et merci beaucoup de m'avoir reçu. Pourriez-vous nous donner un aperçu général de votre parcours et de vos réalisations ?

    Bien sûr, je suis professeur de chirurgie générale avec une spécialisation bariatrique. Je tiens à souligner que j’ai obtenu une bourse dans le cadre d’un accord turco-norvégien pour travailler au Rikshospitalet d’Oslo. Là-bas, j’ai participé à des transplantations hépatiques et rénales et à des opérations vasculaires principalement. Après mon aventure scandinave, j’ai complété ma spécialisation en chirurgie générale et je suis allé aux États-Unis, où j’ai
    participé à plus de 150 opérations de donneurs et receveurs de greffe de foie en Oklahoma, au Nazih Zuhdi Transplantation Institute. De retour en Turquie, je suis passé au secteur privé et j’ai travaillé à l’hôpital du groupe Acibadem en tant que professeur associé tout en poursuivant la recherche scientifique. Au cours des 6 dernières années, je me suis spécialisé en chirurgie bariatrique avec un certificat avancé de chirurgie laparoscopique de Strasbourg-France et j’ai opéré plus de 1000 cas de chirurgie bariatrique. J’exerce le métier de praticien libéral depuis 2016.

    Avez-vous été dans une telle situation, avez-vous soigné des blessures par balle ?

    Oui, alors que je travaillais dans un hôpital public juste après ma spécialisation, j’étais de service dans la région d’Adana, il y a des terribles difficultés sociales là-bas, entraînant des gangs, le crime organisé et toutes sortes de problèmes. Alors oui, j’étais dans une telle situation. C’était ma période de formation. J’ai eu à traiter des cas très compliqués de lésions hépatiques et pancréatiques, de lésions gastriques, avec de fortes contraintes de temps et de pression.

    Je ne peux pas penser à une meilleure formation. C’est l'expérience la plus surréaliste que vous ayez vécue jusqu'à présent ?

    Oui, les blessures par balle sont les cas les plus difficiles auxquels j’ai eu à faire face. Au moment du tremblement de terre d’Adana en 1998, en tant que chirurgien généraliste, j’étais responsable de tout l’hôpital le dimanche, j’avais beaucoup de cas, c’était un scénario très difficile. C’était la période la plus difficile de ma carrière. Heureusement, au cours des 12 dernières années, je me suis éloigné de cela.

    Je vois ! Sur le plan personnel, pourriez-vous nous dire pourquoi vous avez décidé de devenir chirurgien ?

    Bien sûr. Je le savais depuis que j’étais à l’école primaire. Je me considère très chanceux, je n’en ai jamais douté. J’avais aussi un mentor et une source d’inspiration : mon oncle. C’était un médecin, les voisins le respectaient, il avait un certain prestige, vous savez. J’ai décidé de me spécialiser en chirurgie alors que j’étais étudiant à l’Université d’Ankara. Je pensais que c’était fait pour moi, c’était un sentiment instinctif. J’ai fait le bon choix. Si je
    pouvais remonter le temps, je ferais la même chose.

    Incroyable. Pourriez-vous s'il vous plaît expliquer si une sleeve gastrectomie est meilleure qu'un bypass gastrique ?

    Il y a 7 à 10 ans, les chirurgiens bariatriques basés aux États-Unis préféraient les bypass aux manchons. Il y a quelques années, une publication révolutionnaire est sortie comparant les deux chirurgies, nous avons découvert qu’un changement avait eu lieu, et actuellement il y a près de 50% de bypass et de manchons pratiqués aux États-Unis. C’est révélateur, je ne pense pas qu’il y ait de meilleur moyen de prouver qu’un traitement est meilleur que des chirurgiens qui choisissent l’un plutôt que l’autre. En Turquie, la sleeve gastrectomie a été traditionnellement préférée. La semaine dernière (mai 2023), le congrès turc sur la chirurgie de l’obésité s’est tenu à Ankara. De nombreuses publications et enquêtes ont été discutées. Le résultat a été que la sleeve gastrectomie est généralement considérée comme une meilleure option qu’un bypass pour traiter l’obésité. Une sleeve gastrectomie a de meilleurs résultats et est plus sûre sur le plan physiologique. Un bypass n’est pas seulement techniquement plus difficile à réaliser, mais un retour à l’état normal préopératoire est pratiquement impossible. Juste pour citer un exemple, les contrôles de glycémie pour les diabétiques montrent de bien meilleurs résultats avec une sleeve, je parle du diabète de type II.

    Fascinant. Avec tant de recherches, comment trouvez-vous l'équilibre entre vie professionnelle et privée ?

    Après avoir ouvert mon propre bureau privé, la vie est devenue beaucoup plus facile. Je passe du temps seul, je chante, j’assiste à une chorale le week-end. La vie est belle. J’aime aussi avoir du temps libre pour faire du sport, faire du shopping ou autre. C’est beaucoup mieux qu’avant.

    Qu'est-ce qui vous plaît le plus et le moins dans le métier de chirurgien ?

    Les côtés positifs sont assez évidents. En tant que chirurgien, j’ai la chance d’améliorer la vie des gens, de les débarrasser des maladies. En parlant de spécialisation en médecine interne, vous donnez des pilules et des médicaments, mais vous devez attendre les effets, grâce à la chirurgie, vous pouvez obtenir des résultats beaucoup plus permanents et immédiats. C’est l’élément significatif d’être un chirurgien, il est gratifiant d’entendre des patients vous remercier et vous dire à quel point leur vie a changé pour le mieux. Il y a beaucoup d’aspects négatifs aussi bien sûr, il y a du stress, il faut parfois faire face à des cas très difficiles, par exemple des blessures par balles, et on peut perdre un patient sur la table, c’est dure à avaler.

    Heureux de savoir. Êtes-vous marié ? Avez-vous des enfants ?

    Je suis un romantique sans espoir divorcé deux fois (il ri), je n’ai pas encore d’enfants, je suis célibataire, mais je suis ouvert à tout. Je plaisante, je suis juste célibataire et peut-être que c’est mieux en tant que chirurgien, je veux dire jusqu’ici tout va bien. J’ai un chat, une adorable beauté aux cheveux blancs.

    Est-ce une fille ?

    Eh bien… techniquement, c’est un chat transgenre en ce moment, après l’opération.

    Quelle est la meilleure chose que vous ayez jamais entendue d'un patient ?

    Vous changez totalement leur vie, vous ne pouvez à peine les reconnaître quelques années plus tard. On parle de dizaines de kilos. Parfois 60 ou 80. Au moins 40. Perdre du poids change tout. J’ai même pratiqué une sleeve gastrectomie pour mon frère et ma sœur. La meilleure chose que j’aie entendue est toujours : “Tu as changé ma vie.”

    Merci beaucoup pour votre temps, ce fut un plaisir de parler avec vous

    Merci, le plaisir est pour moi.

    “ Pendant mes années de formation, j'ai soigné des blessures par balle.”
    Chef de Chirurgie Bariatrique chez Care in Turkey
    Bonjour docteur et merci beaucoup de m'avoir reçu. Pourriez-vous nous donner un aperçu général de votre parcours et de vos réalisations ?

    Bien sûr, je suis professeur de chirurgie générale avec une spécialisation bariatrique. Je tiens à souligner que j’ai obtenu une bourse dans le cadre d’un accord turco-norvégien pour travailler au Rikshospitalet d’Oslo. Là-bas, j’ai participé à des transplantations hépatiques et rénales et à des opérations vasculaires principalement. Après mon aventure scandinave, j’ai complété ma spécialisation en chirurgie générale et je suis allé aux États-Unis, où j’ai participé à plus de 150 opérations de donneurs et receveurs de greffe de foie en Oklahoma, au Nazih Zuhdi Transplantation Institute. De retour en Turquie, je suis passé au secteur privé et j’ai travaillé à l’hôpital du groupe Acibadem en tant que professeur associé tout en poursuivant la recherche scientifique. Au cours des 6 dernières années, je me suis spécialisé en chirurgie bariatrique avec un certificat avancé de chirurgie laparoscopique de Strasbourg-France et j’ai opéré plus de 1000 cas de chirurgie bariatrique. J’exerce le métier de praticien libéral depuis 2016.

    Qu'est-ce qui vous plaît le plus et le moins dans le métier de chirurgien ?

    Les côtés positifs sont assez évidents. En tant que chirurgien, j’ai la chance d’améliorer la vie des gens, de les débarrasser des maladies. En parlant de spécialisation en médecine interne, vous donnez des pilules et des médicaments, mais vous devez attendre les effets, grâce à la chirurgie, vous pouvez obtenir des résultats beaucoup plus permanents et immédiats. C’est l’élément significatif d’être un chirurgien, il est gratifiant d’entendre des patients vous remercier et vous dire à quel point leur vie a changé pour le mieux. Il y a beaucoup d’aspects négatifs aussi bien sûr, il y a du stress, il faut parfois faire face à des cas très difficiles, par exemple des blessures par balles, et on peut perdre un patient sur la table, c’est dure à avaler

    Avez-vous été dans une telle situation, avez-vous soigné des blessures par balle ?

    Oui, alors que je travaillais dans un hôpital public juste après ma spécialisation, j’étais de service dans la région d’Adana, il y a des terribles difficultés sociales là-bas, entraînant des gangs, le crime organisé et toutes sortes de problèmes. Alors oui, j’étais dans une telle situation. C’était ma période de formation. J’ai eu à traiter des cas très compliqués de lésions hépatiques et pancréatiques, de lésions gastriques, avec de fortes contraintes de temps et de pression.

    Je ne peux pas penser à une meilleure formation. C’est l'expérience la plus surréaliste que vous ayez vécue jusqu'à présent ?

    Oui, les blessures par balle sont les cas les plus difficiles auxquels j’ai eu à faire face. Au moment du tremblement de terre d’Adana en 1998, en tant que chirurgien généraliste, j’étais responsable de tout l’hôpital le dimanche, j’avais beaucoup de cas, c’était un scénario très difficile. C’était la période la plus difficile de ma carrière. Heureusement, au cours des 12 dernières années, je me suis éloigné de cela

    Heureux de savoir. Êtes-vous marié ? Avez-vous des enfants ?

    Je suis un romantique sans espoir divorcé deux fois (il ri), je n’ai pas encore d’enfants, je suis célibataire, mais je suis ouvert à tout. Je plaisante, je suis juste célibataire et peut-être que c’est mieux en tant que chirurgien, je veux dire jusqu’ici tout va bien. J’ai un chat, une adorable beauté aux cheveux blancs.

    Est-ce une fille ?

    Eh bien… techniquement, c’est un chat transgenre en ce moment, après l’opération.

    Je vois ! Sur le plan personnel, pourriez-vous nous dire pourquoi vous avez décidé de devenir chirurgien ?

    Bien sûr. Je le savais depuis que j’étais à l’école primaire. Je me considère très chanceux, je n’en ai jamais douté. J’avais aussi un mentor et une source d’inspiration : mon oncle. C’était un médecin, les voisins le respectaient, il avait un certain prestige, vous savez. J’ai décidé de me spécialiser en chirurgie alors que j’étais étudiant à l’Université d’Ankara. Je pensais que c’était fait pour moi, c’était un sentiment instinctif. J’ai fait le bon choix. Si je pouvais remonter le temps, je ferais la même chose.

    Incroyable. Pourriez-vous s'il vous plaît expliquer si une sleeve gastrectomie est meilleure qu'un bypass gastrique ?

    Il y a 7 à 10 ans, les chirurgiens bariatriques basés aux États-Unis préféraient les bypass aux manchons. Il y a quelques années, une publication révolutionnaire est sortie comparant les deux chirurgies, nous avons découvert qu’un changement avait eu lieu, et actuellement il y a près de 50% de bypass et de manchons pratiqués aux États-Unis. C’est révélateur, je ne pense pas qu’il y ait de meilleur moyen de prouver qu’un traitement est meilleur que des chirurgiens qui choisissent l’un plutôt que l’autre. En Turquie, la sleeve gastrectomie a été traditionnellement préférée. La semaine dernière (mai 2023), le congrès turc sur la chirurgie de l’obésité s’est tenu à Ankara. De nombreuses publications et enquêtes ont été discutées. Le résultat a été que la sleeve gastrectomie est généralement considérée comme une meilleure option qu’un bypass pour traiter l’obésité. Une sleeve gastrectomie a de meilleurs résultats et est plus sûre sur le plan physiologique. Un bypass n’est pas seulement techniquement plus difficile à réaliser, mais un retour à l’état normal préopératoire est pratiquement impossible. Juste pour citer un exemple, les contrôles de glycémie pour les diabétiques montrent de bien meilleurs résultats avec une sleeve, je parle du diabète de type II.

    Fascinant. Avec tant de recherches, comment trouvez-vous l'équilibre entre vie professionnelle et privée ?

    Après avoir ouvert mon propre bureau privé, la vie est devenue beaucoup plus facile. Je passe du temps seul, je chante, j’assiste à une chorale le week-end. La vie est belle. J’aime aussi avoir du temps libre pour faire du sport, faire du shopping ou autre. C’est beaucoup mieux qu’avant.

    Quelle est la meilleure chose que vous ayez jamais entendue d'un patient ?

    Vous changez totalement leur vie, vous ne pouvez à peine les reconnaître quelques années plus tard. On parle de dizaines de kilos. Parfois 60 ou 80. Au moins 40. Perdre du poids change tout. J’ai même pratiqué une sleeve gastrectomie pour mon frère et ma sœur. La meilleure chose que j’aie entendue est toujours : “Tu as changé ma vie.”

    Merci beaucoup pour votre temps, ce fut un plaisir de parler avec vous

    Merci, le plaisir est pour moi.